Je suis chargée de projet chez Prodeval Canada. C’est mon métier.

Voici ce que je fais au quotidien auprès de nos clients. Ceux-ci peuvent être des organisations agricoles, des municipalités ou des centres d’épuration.

Schéma du traitement du biogaz jusqu'à sa distribution dans le réseau gazier
Du biogaz au biométhane.

 

Ils sont représentés par des ingénieurs de procédés mécaniques, électriques et d’instrumentation. Ce sont eux, de concert avec le gestionnaire de projet, qui gèrent l’ensemble du chantier. C’est d’abord avec eux que je suis en relation.

Je suis aussi en relation avec les fournisseurs de tous les éléments qui composent nos produits.

Conséquemment, je suis le lien entre le client et ses représentants, les fournisseurs et l’équipe de Prodeval.

Enfin, je documente l’ensemble des spécifications inscrites au contrat.

 

Que sont les spécifications?

 

Les spécifications concernent les procédés mécaniques, électriques et d’instrumentation. Le chargé de projet doit décrire dans le détail et valider chacune des caractéristiques et des exigences auxquelles doivent répondre nos produits et installations.

Pour cela, je dois d’abord revoir l’entente qui nous lie au client et réévaluer avec lui tous les éléments qu’elle comporte. Cela peut nous amener à apporter des correctifs qui auront un impact sur l’ensemble du projet, son développement, ses coûts, son calendrier.

Il est très important de tout confirmer et de tout prévoir en amont de la réalisation. D’où le besoin de valider d’abord toutes les hypothèses de départ, ainsi que les besoins du client en fonction de ce qui va entrer dans le processus — les déchets, leur composition, leur recette— et de ce que l’on veut à la sortie — un biométhane de telle ou telle pureté.

Reprenons ceci pas à pas et aidons-nous de quelques métaphores.

 

Le pas-à-pas

Du gaz regroupant poluants et autre COV au biométhane
La chaîne de purification du biogaz. Ici les unités Valogaz, Valopack et Valopur.

 

Quand on regarde notre installation de l’extérieur, on voit une boîte noire (ou verte!), un assemblage de conteneurs. Elle peut couvrir l’équivalent de la surface du stationnement d’une épicerie. Ce que je dois décrire et documenter dans le détail, c’est tout ce qui se trouve à l’intérieur — avant la fabrication et avant l’installation.

Chaque équipement a une fiche technique. Il peut, entre autres, s’agir d’un échangeur de chaleur, d’une pompe, d’un condensateur ou d’un refroidisseur. Actuellement, je travaille sur un projet qui regroupe 32 éléments. Mais il pourrait y en avoir 100! Chacun de ces équipements, avec ses accessoires et sa tuyauterie, est fort complexe. Et il doit être minutieusement décrit de façon parfaitement claire pour tous, y compris ceux qui fabriqueront les pièces ou les installeront.

Si on parlait de faire un gâteau au chocolat, il s’agirait non seulement de détailler les ingrédients, les quantités requises et les différentes étapes de la recette, mais aussi de décrire précisément chacun des appareils à utiliser — avec ses composantes — pour réaliser cette recette, du mélangeur électrique au four chargé de la cuisson.

Une fois la documentation établie, il faut ajouter tous les dessins mécaniques et les schémas nécessaires à la fabrication et à l’installation de l’ensemble des éléments.

Enfin, il s’agira de prévoir toute la tuyauterie et l’électrification nécessaires pour relier et actionner les multiples éléments de la chaîne.

Les normes sont internationales, mais chaque pays les adapte en fonction de sa géographie, de son sol, de son climat et de son système de mesure. Mon rôle consiste donc également à m’assurer que les normes canadiennes seront respectées.

Un travail d’équipe

 

Puisque chaque décision a des répercussions sur les autres disciplines, je vous laisse imaginer le nombre d’allers et retours nécessaires avant que tous les intervenants s’entendent parfaitement! Je vous épargne les exemples de discussions entre ingénieurs (sourire).

Lorsque la documentation finale est complète et approuvée, nous pouvons arrêter le calendrier de manière à éviter tout retard ou dépassement non prévu après acceptation mutuelle. Au final, le calendrier et les spécifications fournies permettront au client de surveiller la production et l’installation pas à pas.

L’usine sera alors enfin mise en marche, et le biogaz sera prêt à être revendu au réseau local.

 

Discussion entre professionnels en cours d'installation
Discussion entre professionnels en cours d’installation.

L’implication de Prodeval

 

L’ingénierie de Prodeval couvre une vaste partie de l’installation globale. Une fois les déchets recueillis et rassemblés, et le méthane (non purifié) extrait, elle couvre tous les aspects de la purification des contaminants qui permet de passer du biogaz obtenu à un biogaz purifié, le biométhane (ou GNR), à travers des produits comme :

  • le Valogaz — prétraitement pour éliminer l’eau;
  • le Valopack — prétraitement et conditionnement pour éliminer les polluants de type H2S et les COV;
  • le Valopur — épuration par séparation membranaire du CO2 et du CH4.

Le CH4, soit le méthane épuré des polluants, des composés organiques volatils (COV) et du dioxyde de carbone, est le produit que l’on recherche.

L’ensemble du processus nécessite la participation de nombreux équipiers chez Prodeval —ingénieurs et techniciens — dont les métiers vous seront décrits dans de prochains articles.

 

En route vers de nouveaux projets

 

Chaque client a des besoins spécifiques, de sorte que chaque projet est différent. C’est ce qui ajoute de l’intérêt à mon travail de chargée de projet. Je dois comprendre parfaitement les besoins de chaque client et apporter une solution sur mesure, parfaitement adaptée.

Je suis en outre amenée à me déplacer d’une équipe à l’autre, d’un petit projet à un très grand, de celui qui est en phase de démarrage à celui qui est en finalisation, toujours avec le même enthousiasme et la même curiosité.

Après tout, je travaille pour le mieux-être des personnes, une meilleure utilisation des ressources et une planète en meilleure santé. N’est-ce pas merveilleux?

 

Sharmely Gonzales Villagra

 

 

Le métier de chargé de projet
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *